La Guilde Mobïus

GRAND LIVRE DE LA FAMILLE MOBÏUS
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Âmes Soeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Youlia
Admin


Messages : 9
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 52
Localisation : Clermont-Ferrand

MessageSujet: Les Âmes Soeurs   Dim 7 Sep - 15:14

« Oooh tavernier, encore une petite choppe de votre mousse d’enclume légère ».

Le colporteur se retourna vers les trois individus assis à sa table et repris « j’adore cette bière naine, où en étais je déjà » ? Il frotta son crâne dégarni puis après un rôt sonore « Ah oui, cela me revient, l’histoire des ‘KIROF’. Alors voilà, dans un petit village du nom de DURHIVERS vivait la famille KIROF. Stépan KIFOF, le père, tenait une petite boutique de « Broc » et mon propre père allait parfois lui rendre visite pour ses affaires. Yliana KIROF, son épouse, apportait sa contribution aux maigres revenus du foyer comme herboriste pour la petite communauté. C’était là tout son savoir, elle le détenait de sa mère et de sa grand-mère.
Ce couple sans histoires, avait deux adorables fillettes. Des jumelles qui faisaient le bonheur de leurs parents, et l’envie de bien d’autres dans le petit bourg. Elles étaient en tout point identiques. Peaux laiteuses, fines franges de cheveux de geai, les yeux d’un bleu de glace hérités de leur mère et un sourire angélique. La seule ombre au tableau de ce bonheur familial était peut être l’obligation qu’avait Ilyana de couper les cheveux de ses filles d’une longueur différente afin de pouvoir les reconnaître ». Après une interruption mise à profit pour se rincer le gosier avec sa nouvelle pinte, le colporteur continua : « Un jour, ou devrais je dire un soir tard , on frappa à la porte de leur modeste demeure… Stépan, après un regard surpris à son épouse, se leva pour aller ouvrir. Sur le pas de la porte, un étrange individu se tenait immobile. Très grand, d’amples vêtements noirs, recouverts d’une houppelande à capuche, noire également. Un menton carré, un nez fort et épaté, un regard que Stépan ne parvenait pas à apercevoir car la capuche était abaissée sur la tête du visiteur. L’étranger, car Stépan KIROF était certain que ce n’était pas quelqu’un du village, pris la parole :
- Bonjour, vous êtes bien KIROF le brocanteur ?
- C’est bien moi, que voulez vous ?
- Mon maître, le seigneur ‘BALZET’ souhaite vous proposer une affaire !
- Et bien entrez, asseyez vous près du feu, ne discutons pas ‘affaires’ sur le pas de ma porte.
L’homme pénétra dans la pièce principale, sans un regard pour Yliana, il pris une chaise et s’assis dessus. Elle trouva bizarre sur le moment qu’il ne retire pas sa houppelande, et conserve sa capuche sur la tête …
L’homme toussa, puis dit d’une voix grave :
- Mon maître désire juste une prise de gage, il se trouve en ce moment dans … hum disons dans quelques difficultés financières passagères … et pour tout dire il a besoin de fonds pour…et bien pour sa libération… il se trouve actuellement captif d’un rival et il ne lui manque que 50 pièces d’or pour finir de réunir les fonds demandés pour sa rançon.
-Comme vous y allez mon brave monsieur, 50 pièces d’or ne se récoltent pas comme ça.
(c’était toutes les économies du couple, et les KIROF avaient mis plus de 10 ans à les amasser). Et quel ‘Gage’ aurai-je contre ces 50 pièces ?
L’homme fouilla son vêtement, il en tira un paquet long et le déposa sur la table.
-Ceci devrait largement couvrir votre avance, mais attention ne vous en séparez sous aucun prétexte. Mon Maître devrais venir récupérer son bien dès sa libération. Il vous rendra au centuple votre dû, car il sait récompenser ceux qui le servent tout comme il sait offrir son châtiment à ceux qui le desservent.
Stépan KIROF ne dit mot, il se décida toutefois à saisir le paquet emmailloté d’une espèce de cuir. Il déroula ce dernier pour voir apparaître une étoffe fine en soie noire, qui, une fois dépliée révéla à ses yeux un objet tout à la fois sublime et terrifiant.
Il s’agissait d’une arme, une dague à double lame dont le corps semblait réalisé en Sombrefer. En plus du travail d’orfèvrerie réalisé sur son manche, le sein de sa garde était serti d’un énorme rubis.
- Et bien en tout cas votre maître sait susciter l’intérêt des modestes brocanteurs messire,
je vous donne ces pièces sur le champ.
Malgré une scène de ménage un peu virulente le soir même dans la demeure KIROF, (Yliana n’ayant pas apprécié le gage de toutes les économies de la famille), Stépan était satisfait de sa transaction. Il savait qu'il détenait un bien précieux qui avait une valeur marchande bien supérieure aux 50 pièces avancées et qu’en cas de dédit il pourrait revendre la dague un prix faramineux. Cependant cet espoir de bonne fortune resta sans lendemain car rien ne se passa comme il l’avait prévu. Le seigneur ‘BALZET’ son débiteur, ne se manifesta pas, ni les jours, ni les semaines, ni les mois qui suivirent. Un an passa, puis deux, puis trois, mais aucune visite. Stépan rangea l’arme au fond d’une armoire, car il avait retenu de ne pas s’en séparer, puis il l’oublia ».
Le colporteur venait de se rendre compte que tout à son récit, il en oubliait sa bière, et qu’elle se réchauffait… ayant vidé d’un trait le liquide ambré, il fit signe à son auditoire de se rapprocher. « Toutefois, six ans, six mois et six jours après cette soirée, advint un autre évènement qui allait définitivement changer la vie de la famille KIROF.
Ce matin là, n'était pas un matin ordinaire, car en ce jour les jumelles allaient fêter leur
anniversaire. Stépan était parti très tôt pour avoir les meilleurs morceaux sur le marché,
puis il était retourné au village pour acheter de quoi voir briller les yeux de ses filles.
Yliana s'affairait au menu du midi. Pensez donc, les petites allaient avoir 10 ans et leurs parents s'apprétaient à célébrer dignement celà. Bon repas, gâteau réalisé par Yliana (recette de la grande tante Elga) et bien sûr des cadeaux. Le repas était pratiquement prêt, Stépan allait rentrer bientôt et il était temps pour Ylliana de mettre le couvert. Elle plongea sa main sous un tas de draps dans l'armoire de la chambre pour
prendre la nappe blanche des grandes occasions, mais elle la retira vivement ... une perle
de sang dans sa paume lui indiqua que la douleur ressentie n'était pas sans cause.
Lorsque Stépan rentra, il trouva sa femme assise sur une chaise de la cuisine, elle était livide et avait un torchon enroulé autour de la main. Celle-ci, tout comme son avant bras et son bras droit avaient une teinte noirâtre. Yliana voulu parler, mais elle s 'effondra dans les bras de son époux ». De sa main le colporteur invita ses comparses à venir plus près de lui une fois encore, puis il repris son histoire, un ton en dessous: «Je ne fais aucun secret, à vous dire que l'anniversaire ne fût pas des plus joyeux. Mais plus encore à daté de ce jour, le Chaos s'installa dans cette famille. Stépan mena son épouse consulter des médecins, des apothicaires, des prêtres et des druides, mais aucun d'eux ne réussi à endiguer le Mal qui la touchait. En désespoir de cause, il parti dans la montagne pour trouver un hermite gnome qui avait la réputation de pratiquer les noires arcanes. Il le trouva et lui raconta toute l'histoire. Lorsque son récit fut achevé, l'hermite lui demanda de lui montrer la dague, et Stépan lui remis l'objet. Le Gnome qui se nommait Bel'Thyra porta sur Stépan un regard plein de pitié et de compassion, puis il dit :
- Stépan KIROF, vous avez été bien imprudent, les forces de mal se sont jouées de vous mon pauvre homme. Que vous dire ...
- La vérité quoi qu'elle soit (répondit Stépan).
- Elle est si dure, êtes vous sûr de vouloir l'entendre, toute entière?
- Dites, oui, dites tout.
- Comme vous voulez ... Le seigneur qui vous a demandé un gage ne se nomme pas 'BALZET' mais il se nomme plutôt 'BAHÄL ZEUTH' et c'est un démon majeur, septième capitaine de la légion ardente. L'objet qu'il vous a confié a un nom lui aussi c'est une dague maudite connue sous le nom de 'Croc des âmes' et toute blessure qu'elle inflige est mortelle. Mais il y a pire, bien pire ... chaque victime de la dague voit lors de son trépas, son âme emprisonnée dans le rubis au coeur de celle-ci, et ces âmes servent à nourrir le démon.
KIROF s'effondra sur le sol de la grotte, il pleura, hurla, durant des heures, puis n'ayant plus de souffle, il devint apathique. Le gnome durant tous ces instants resta immobile à ses cotés, comme si il communiait à sa douleur. Puis soudainement, KIROF se redressa, et demanda:
- Peut-on la détruire ? dites le peut-on ?
- Vous parlez de la Dague ? ...et bien ... à mon sens oui c'est possible, mais ça vous demandera un grand sacrifice. Si vous faites cela, comptez que le seigneur démon viendra vous rendre visite.
- Yliana se meurt, je ne peux plus grand-chose pour elle, mais je ne puis accepter qu'elle perde son âme en plus de la vie.
- Très bien, si votre décision est prise voilà ce que vous devez faire ... Et le gnome expliqua longuement à Stépan le processus à mettre en place, il devait en premier trouver un forgeron connu sous le nom de Nathanaël Wayne, pui le convaincre de lui céder son marteau fabriqué dans un métal tiré d'une pierre des cieux.
Celà effectué, Stépan devait chauffer le marteau à blanc et fracasser la gemme enchassée.
Deux jours après la mort de son épouse, Stépan accompli le rituel dans la grange bordant la petite maison de la famille. Lorsque le marteau chauffé à blanc fit exploser le rubis, une multitude de voix assaillirent les oreilles de Stépan. Puis un halo noir couvrit le village et dans la grange se forma un étrange tourbillon de couleurs changeantes. Enfin après une à deux minutes la forme hideuse d'un grand démon cornu apparue.
- "COMMENT UN PAUVRE MORTEL OSE DETRUIRE LE BIEN DE BAHÄL ZEUTH "?
- Tu as pris la vie de ma compagne démon, tu n'as aucun droit sur son âme, elle est pure dit Stépan en tremblant.
- "MISERABLE INSECTE, J'AI TOUS LES DROITS SUR VOS ÂMES, ET POUR ME VENGER DE TON AFFRONT, JE VAIS PRELEVER TOUTES LES ÂMES DE CE VILLAGE, TOUTES SAUF LA TIENNE".
- Ne faites pas celà, prenez la mienne, pas les autres.
- "IL EST TROP TARD VERMINE, TU NE PEUX PLUS RIEN Y FAIRE, PLEURE DONC LE RESTANT DE TA VIE, SOUFFRE ET JE SERAIS COMBLE". Puis le démon se dématérialisa et à cet instant précis un hurlement s'éleva d'une centaine de gorges...
Stépan KIROF se précipita hors de la grange, il couru comme un fou dans dans la maison, entra en trombe et failli marcher sur le petit corps encore chaud d'une des
jumelles. Elle était là, affalée sur la terre battue de la cuisine, ses jolis cheveux noirs souillés de poussiere, ses beaux yeux bleus fixant le plafond, ils s'étaient voilés pour l'éternité. La Douleur fût si grande que Stépan en perdit la raison. Au lieu de rechercher l'autre jumelle, il retourna à la grange et trouva ce qu'il cherchait, une bonne grosse corde de chanvre ... Lorsqu'elle s'éveilla, la seconde jumelle trouva au bas de la maison sa soeur morte sur le sol, son père pendu dans la grange, tous les gens de son village également décédés dans diverses positions tels que la mort les avait pris. Seule, elle erra dans les bois une journée entière. Puis alors que le soir approchait, elle vit une petite silhouette se dessiner au bout du chemin.
- Viens mon enfant, approches, n'aie pas peur, je suis un Gnome et je me nomme Bel'Thyra. Viens, répéta t'il je vais m'occuper de toi.
Comment te nommes tu ? La petite fille, le regard hagard laissa le Gnome s'approcher puis sans sembler sortir de sa torpeur elle répondit presque mécaniquement:
- Youlia !

_________________
Dies Irae, Furor Arma Ministrat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurora



Messages : 73
Date d'inscription : 16/09/2008
Age : 43
Localisation : Essonne

MessageSujet: Histoir de Youlia   Mer 17 Sep - 15:30

Sad !!! C'est très touchante !!!! Tu a le grande famille Mobïus maintenant, pleures pas petite fille cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Âmes Soeurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» bonnes soeurs
» Chapitre 1: Les deux soeurs [Libre]
» Les Soeurs Halliwell { 4 / 4
» Comme des soeurs( Petite*Etoile)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guilde Mobïus :: La Guilde :: La Taverne-
Sauter vers: